AccueilEntreprendreComment financer votre startup innovante ?

Comment financer votre startup innovante ?

4 min de lecture

Les startups ne sont pas des entreprises comme les autres. Si elles se distinguent par des concepts innovants et un fort potentiel de développement, elles nécessitent également un apport financier conséquent. Pour tester leur marché et leur modèle économique, elles ont des besoins en financement particulièrement élevés.

Alors, quelles sont les clés à connaître pour financer votre startup innovante ? On vous propose de faire le point en 7 questions.

Quel statut choisir pour une startup ?

Le statut juridique impacte directement la crédibilité d’une entreprise et la possibilité d’accueillir des investisseurs.

Parmi les différentes formes de sociétés, la SAS est particulièrement plébiscitée par les fondateurs de startups. Il faut dire qu’elle comporte plusieurs avantages déterminants, à commencer par la facilité de création et la flexibilité des statuts. De plus, elle n’impose pas de limite au nombre d’associés et ils peuvent facilement entrer ou sortir du capital (sauf clause spécifique dans les statuts).

Pour les startups orientées vers la recherche et développement (R&D), il existe également un statut particulièrement intéressant : la jeune entreprise innovante (JEI). Ce statut est réservé aux jeunes PME indépendantes (moins de 8 ans d’existence) qui consacrent au moins 15 % de leurs charges à la R&D. Les JEI bénéficient d’avantages fiscaux et sociaux significatifs : une exonération d’impôts totale la première année et une exonération de charges sociales patronales sur certains postes salariés.

Quelles sont les aides publiques à disposition ?

En plus des aides à la création ou à la reprise d’entreprise, il existe de nombreux dispositifs qui ciblent particulièrement l’innovation.

Bpifrance centralise un grand nombre d’entre eux. On peut citer par exemple :

  • L’aide pour la faisabilité de l’innovation, qui permet de financer des études de faisabilité sous forme de subvention ou d’avance récupérable
  • Le Prêt Innovation : ce prêt sans garantie sert à financer les dépenses immatérielles nécessaires à l’industrialisation et à la commercialisation d’un concept, pour un montant allant de 50 000 à 5 000 000 €.

En matière de fiscalité, le crédit d’impôt recherche (CIR) est aussi une aide non négligeable puisqu’il permet à l’entreprise de déduire de ses impôts une part importante des dépenses engagées pour de la recherche fondamentale ou du développement expérimental.

Une startup peut-elle obtenir un prêt professionnel bancaire ?

Obtenir un prêt professionnel auprès d’une banque est rarement simple pour un entrepreneur. Pour optimiser ses chances, il doit activer plusieurs leviers :

  • Établir un plan de financement rigoureux
  • Soigner son business plan, notamment le bilan prévisionnel
  • Justifier d’un apport suffisant, en équilibrant si possible les fonds propres et le montant de l’emprunt
  • Apporter de solides garanties.

Le dossier de demande de financement doit être complet et justifié. Cela dit, la création d’une entreprise comporte toujours un risque, à fortiori lorsqu’il s’agit d’une startup. Par définition, les concepts innovants n’ont pas encore fait leurs preuves. De ce fait, les créateurs de startup devront souvent se tourner vers d’autres sources de financement, en particulier lors de la phase d’amorçage du projet.

Comment booster la visibilité d’une startup ?

La problématique du financement est liée à celle de la visibilité, qui est l’un des principaux enjeux pour une startup. Pour attirer les investisseurs tout d’abord. Mais aussi pour se faire connaître auprès de son marché cible et de futurs partenaires.

Les concours et les appels à projets représentent un moyen idéal. Qu’ils soient portés par des multinationales, des organismes publics ou des collectivités locales, ils présentent des conditions et des avantages très variés.

Souvent, les lauréats obtiennent une subvention, ainsi qu’un accompagnement et l’accès à un réseau d’experts. Mais le simple fait de candidater à un concours ou un appel à projets est déjà bénéfique : c’est l’occasion de s’entraîner à présenter son projet de façon cadrée et stratégique.

L’autofinancement pour une startup : bonne ou mauvaise idée ?

Le financement de votre startup comprend nécessairement les apports en fonds propres des associés, lors de la création de la société.

Mais certaines startups vont plus loin et misent sur l’autofinancement : l’entreprise se finance uniquement sur les gains qu’elle génère, sans recourir à des investisseurs externes. Le principal avantage, c’est bien sûr de garder le contrôle sur sa startup et sur sa stratégie de développement.

En contrepartie, l’autofinancement fait peser une certaine solitude et une forte pression sur les épaules des fondateurs, notamment lorsque l’entreprise enregistre des pertes.

De plus, le développement se fait sur un rythme beaucoup plus progressif puisqu’il dépend directement de la marge réalisée sur le chiffre d’affaires.

Ouvrir le capital de sa startup : une étape incontournable ?

L’autofinancement ne convient pas à tous les projets. Tout simplement parce que le modèle économique, ou business model, ne permet pas toujours de générer un revenu suffisant lors des premiers mois, voire des premières années. C’est pourquoi les investisseurs externes sont incontournables, qu’il s’agisse de particuliers comme les business angels, ou de sociétés de capital-risque.

L’intérêt, pour ces investisseurs, est de réaliser une plus-value à la revente de leurs titres, à moyen terme. Ils misent donc sur des entreprises à fort potentiel de développement.

L’ouverture du capital est loin d’être anodine pour une startup : les fondateurs doivent accepter de ne plus être les seuls aux commandes. Mais l’arrivée d’investisseurs permet d’accélérer le développement de l’entreprise, et de s’appuyer sur une expertise précieuse.

Comment amener sa communauté à contribuer au financement d’un projet ?

Le crowdfunding, ou financement participatif, a connu un essor important ces dernières années. Il faut dire qu’il permet à des acteurs venus de tous horizons de financer des projets variés, en faisant appel au grand public.

Or le crowdfunding est particulièrement adapté aux startups innovantes. D’une part parce qu’il permet de tester un projet directement auprès de son marché cible. D’autre part, parce que c’est un excellent moyen de fédérer une communauté autour d’un concept.

Évidemment, cela suppose un travail conséquent en matière de communication. Les réseaux sociaux notamment sont un atout précieux pour diriger les particuliers vers la plateforme qui héberge le projet, à partir de laquelle ils pourront contribuer.

Cette contribution pourra prendre la forme d’un don ou d’un investissement, rémunéré en capital, en obligations ou en commission sur le chiffre d’affaires.

Ainsi, les pistes sont nombreuses pour financer une startup innovante.

Pour cibler les stratégies les plus adaptées à votre projet, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel du chiffre tel qu’un expert-comptable. Expert pluridisciplinaire, il est non seulement compétent en matière de création d’entreprise, mais également tout au long de l’aventure entrepreneuriale.

Crédit photo : Proxyclick

✅ Cet article vous a-t-il plu ? :
0 / 5

Note de l'article

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Catégories

articles les plus populaires

Shares
Share This